affiche_delphine_courtoisÇa fait déjà un bon bout de temps que j’avais envie de mettre un coup de projo sur Delphine Courtois cette peintre et dessinatrice que je ne connais qu’à travers ses personnages, et je peux l’avouer, je suis fan.

Des saynètes du quotidien, des instantanés de la vie, de l’humour, de la tendresse, de la satire et de la poésie, c’est peut être tout cela qui comme une évidence m’a touchée. J’ai rencontré ses personnages, il y a quelques années à l’Olympic Café un café concert du 18ème à Paris. Ils font partis de ces rencontres imaginaires comme je les appelle, des gens forcement que vous avez croisés dans la vraie vie.

Comme tous ces artistes qui forcent le trait et les caractères, Delphine Courtois est au plus proche de notre condition humaine, si formidable et si épouvantable, si banale et si exceptionnelle, elle mélange les genres et les émotions dans un décor du quotidien (bars, salle de spectacles, école, cuisine, salle à manger, train ….) Egon Schiele, Toulouse Lautrec, Albert Dubout, Honoré Daumier, Robert Doisneau … des artistes qui me reviennent forcement en tête quand je parcours sa galerie.

Delphine Courtois, une artiste contemporaine et intemporelle qui exposera ses petits et grands formats à Sancerre du 17 octobre au 20 novembre (dans deux lieux différents : voir affiche).

Alors si vous passez à Sancerre allez déguster le dernier cru de Delphine Courtois, vous m’en direz des nouvelles !

Sa page Facebook /

« DEUX LIEUX…DEUX FORMATS »

Exposition à Sancerre du 17 octobre au 20 novembre 2014

lartetplusencore_logo
L’art et plus encore…
23, rue des juifs
18300 Sancerre.
Tél : 33 06 18 16 88 58
contact@lartetplusencore.fr

 

 

Galerie

merci à Delphine de m’avoir laissée choisir les illustrations et peintures
Le choix a été très difficile :)

 

Delphine Courtois (photo: Flavie Girbal)

Extrait d’une interview réalisée pour « L’Art-scène » par Flavie Girbal le 30 octobre 2003.

(…)

A ton avis, comment est né ton style ?
De mon caractère, de ma personnalité, de moi quand j’étais petite jusqu’à maintenant…

Est-ce que c’est ça qui t’a permis de trouver cette technique de la mine de plomb et du vernis à bois – technique qui t’appartient en propre ?
Oui, c’est certain. J’aime les choses un peu grasses, j’aime aussi parfois l’humour gras… J’aime les choses qui ont du caractère et de la force et si j’ai abouti depuis des années à utiliser cette mine de plomb, la plus grasse qui existe et qui donne ces noirs charbonneux et profonds qui s’écrasent et s’éclatent, c’est parce que mon caractère est un peu comme ça. Trash, dur et affirmé.

Les dessins de cette exposition ont des traits plus fins et plus lisses. Il semblerait que ce changement soit dû à la découverte d’un nouvel outil. Est-ce que l’évolution de ton coup de crayon passe forcément par des changements de technique ?
Non, elle passe aussi par ma vie. Il y a une technique qui évolue mais ma vie aussi évolue. Il m’arrive de dessiner à des moments où je suis un peu moins à vif… Mon trait s’en ressent, il est beaucoup moins agressif, il s’adoucit. Ce fameux nouvel outil est un crayon en tissu qui estompe ma mine de plomb et fait des ombres très douces, comme de la fumée… Cette technique va dans le sens de mon envie de faire quelque chose de plus fini.

Quelles sont pour toi les différences entre le travail de la peinture et celui du dessin ?
Concrètement la différence réside dans l’outil et le support. Pour faire de la peinture à l’huile, je vais me poser sur une toile avec mes différents pinceaux et cette espèce de matière grasse qui sent bon mais qui sent fort… Évidement, la différence tient essentiellement dans la couleur qui possède en elle-même son propre langage. Tout ça rend la peinture plus riche. Mettre un bleu marine sous un vert pour faire vivre le vert, ça n’existe pas en dessin. La peinture, c’est une toute autre technique et un tout autre monde. Je n’ai jamais pris de cours technique de peinture, j’ai découvert la richesse de la peinture seule en travaillant.

(…)

Photo © Flavie Girbal

Share Button

A propos de l'auteur

Photographe indépendante et musicienne basée à Paris, je couvre la plupart des domaines du reportage (particulier, entreprise, culturel, social) comme le portrait et la photo d’illustration (presse, publicité, édition). A 8 ans, munie de mon appareil photo et de mon violon, je débute la photo en autodidacte. Ceux qui me connaissent un peu, m’ont plutôt aperçue sur les planches ou dans les studios d’enregistrement. Ceux qui me connaissent mieux, savent que mon appareil photo me quitte rarement. J’ai profité de mon passage à l’École des Gobelins pour mettre au grand jour mon esprit photosensible et faire de la photo ma nouvelle expression . Inspirée par une foule de grands photographes mais aussi par le cinéma, la publicité, la peinture et la rue, passionnée par le noir et blanc et les nouvelles technologies, la photo me permet d’explorer les facettes du genre humain, de la société et ainsi provoquer les rencontres et les émotions.

Articles similaires